Voltaire

De Voltaire, sur une traduction

Lisez la Vulgate, vous y trouverez ces propres mots : Comedes illud, et stercore quod egreditur de homine operies illud in oculiseorum. Tu mangeras ce pain, et tu le couvriras de l’excrement qui sort du corps de l’homme. Couvrir son pain avec cet excrement n’est pas cuire son pain avec cet excrement. Le Seigneur se laisse ensuite toucher aux prieres du prophete ; il lui dit : Je te donne de la fiente de boeuf au lieu de fiente d’homme.
…..
Nous n’approuvons pas la simplicite de ceux qui traduisent stercore par de la merde : c’est le mot propre, disent-ils ; oui, mais la bienseance et l’honnetete sont preferables au mot propre, quand la fidelite de la traduction n’en est point alteree.

Plus de posts